DITRANS (Préfiguration d’un diplôme transectoriel à travers la mobilité)

Non classéLes commentaires sont fermés pour cet article.

Vous êtes ici :DITRANS (Préfiguration d’un diplôme transectoriel à travers la mobilité)
Une mobilité des acteurs de l’éducation artistique alternative pour la création d’un diplôme transsectoriel européen de recherche en art.

Objectifs

Le projet vise à aider les structures d’éducation artistique basées sur le non profit à apporter leurs expertises dans la formulation de nouveaux systèmes d’évaluation de la créativité dans l’art. Ce système permettra notamment de garantir la découverte, la reconnaissance et d’aider à l’employabilité d’une partie des citoyens européens engagés par leur pratique artistique mais ne trouvant pas auprès des formats conventionnels la possibilité de valoriser leur parcours.

Constats

Les écoles nationales quelles soient des beaux-arts ou universitaires se conforment à des exigences qui ne peuvent pas être limitatives pour l’Europe qui se doit de permettre une meilleure inclusion des différents profils d’acteurs dans le secteur artistique et au-delà celui de la culture.

Le secteur de l’art peut apporter des réflexions innovantes pour l’Europe à condition de créer le cadre permettant aux artistes de réfléchir aux solutions potentielles par la formulation de projets contextualisés en fonction des problématiques contemporaines. En favorisant la liberté d’expression et sa démocratisation hors des codes imposés par les systèmes d’évaluation nationaux, l’Europe permet et engage les pays de la communauté européenne à rechercher et à expérimenter des solutions non-conventionnelles pouvant élargir la capacité de tout secteur à repenser la transformation à laquelle l’Europe et le monde doivent faire face.

Identité du projet

Le projet est basé sur l’implémentation de la dimension transsectorielle comme critère d’émancipation de tout secteur et donc de celui de l’art et de la créativité. Par la trans-sectorialisation de l’art, le projet entend placer l’altérité tant individuelle que professionnelle et donc sectorielle comme première condition pour la création d’un diplôme artistique permettant à tous citoyens européens quelque que soit leur secteur d’inscription de valider une année de recherche en art. Après l’obtention du diplôme, chaque pays européen participant s’engage auprès des diplômés pour les aider à la réalisation de leurs projets qui doivent prendre en compte un ensemble de critères défini par le diplôme lui-même et respecter un cahier des charges fixé par l’ensemble des structures partenaires du projet.

  • Un diplôme européen de recherche et d’expérimentation en arts ;
  • Préfigurer un diplôme sur la base d’une analogie entre le trans-sectoriel et le trans-national ;
  • Affecter des nations européennes à des secteurs distinct ;
  • Préfigurer un diplôme pour la complémentarité des disciplines européennes des pays différents apporte des compétences et des spécificités différentes ;

Il s’agit d’un diplôme qui ne peut pas être représentatif seulement au niveau national et qui ne puisse exister qu’au niveau européen. La transnationalité conditionne la dimension transsectorielle. Un diplôme qui englobe un ensemble d’éléments à valider venant de pays différents et complémentaire à l’image du projet européen.

Ce diplôme est attribué sur des critères artistique et trans-artistiques. Les diplômables doivent faire preuve de compétences, d’expérience et de qualité de proposition artistique mais également trans-artistique pouvant engager au minimum trois discipline extra sectorielle de l’art.

Les cinq critères d’attribution du diplôme

France : la dimension politique de l’art
Lettonie : intégration des nouvelle technologies
Espagne : la dimension économique de l’art
Croatie : la question sociale dans l’art
Pays-Bas : la question écologique dans l’art

Les critères d’évaluation du diplôme sont à facteur variable en fonction de la combinaison des pays et des valeurs affectées qui peuvent être chaque année recombinées en fonction des pays membres participants et des valeurs choisies. Ces valeurs doivent pouvoir être choisies chaque année en fonction des problématiques majeures rencontrés au sein de l’Europe et au niveau mondial.

Chaque année un conseil se réunit pour définir les cinq valeurs d’évaluation du diplôme :

  • Le diplôme contraint à la mobilité.
  • Dans tous les cas un diplôme est à échelle nationale.
  • Le jury est composé des représentants de chaque pays.
  • Une délégation se rend chaque année chez les pays membres pour définir les cinq critères d’évaluation et écrire la charte du diplôme.

Le diplôme est soumis à une évolutivité constante par le fait que le diplôme est en évolution continue en fonction de la transformation de la société.

Il participe au développement d’un esprit de conscience européenne par le fait qu’il est conditionné par une multitude de facteurs qui échappent aux questions nationales.

L’obtention du diplôme permettra aux diplômés l’obtention d’un visa d’artiste européens sur le modèle parisien permettant aux artiste de mener leur recherche pendant trois ans et d’avoir la libre circulation dans l’espace Schengen pour apporter leur intelligence à l’Europe.

Contact

ENDA (Ecole nationale d’art)
secretariat@enda.fr

À propos de l'auteur

Haut