NOCERA (Norme conditionnelle d’expérimentation d’une recherche artistique)

Non classéLes commentaires sont fermés pour cet article.

Vous êtes ici :NOCERA (Norme conditionnelle d’expérimentation d’une recherche artistique)

Dans le contexte des réflexions sur les écoles d’art et dans celui des politiques nationales et européennes d’homogénéisation de l’éducation artistique, il semble important aujourd’hui de mettre en avant de nouveaux critères qui sont à l’oeuvre dans l’art et son éducation à travers le monde.

Pour ce faire et au vu de l’expérience auprès de nombreuse écoles d’art en France et à l’étranger, la Biennale de Paris propose aujourd’hui de mettre en place une norme capable de complexifier et d’enrichir le modèle institutionnel en vigueur, qui à tendance à réduire peu à peu l’action des écoles d’art sur leur propres enseignements.

Le modèle qu’impose l’institution marque de plus en plus un décalage entre les législations y compris européenne, et la réalité des écoles d’art, qui se trouvent aujourd’hui dans la contradiction de faire expérimenter des pratiques et des démarches artistiques à travers un médium qui n’est pas celui de la justification théorique.

Il est important que le réseau des écoles d’art ne soit pas assimilé aux universités qui ont elles aussi un fonctionnement propre. Pour ce faire elles doivent aujourd’hui plus que jamais revendiquer leur singularités et indépendances et ainsi créer leurs propres modèles.

Cette nouvelle norme établit la coexistence d’une recherche dans toutes les étapes de la formulation d’une démarche et d’une pratique artistique, qui ne repose plus alors sur la capacité de l’élève à se contraindre, mais de l’école à s’adapter.

Cette norme ne constitue donc en aucun cas un nouveau modèle unique. Elle se base en revanche sur une série de facteurs garantissant une certaine liberté d’utilisation réciproque de l’école, pour les élèves et leurs équipes pédagogiques. Elle revient aussi et surtout sur la capacité de cette dernière à innover dans les formats et les pratiques qu’elles proposent.

Cette norme permettrait surtout d’apprécier et de mesurer les écoles capables de proposer une réelle recherche et expérimentation dans l’art aujourd’hui et en France.

Les critères

Pluralité de supports
L’école d’art est-elle capable de proposer d’autres formats que les œuvres d’art ?

Remise en cause des acquis
L’école considère-t-elle l’artiste comme acteur exclusif de l’art ?

Résapprentissage artistique
L’école offre-t-elle de repenser l’art ?

Transformation de l’établissement
La remise en cause demandée aux étudiants, est-elle active dans la structure qui les accueille ?

Notion de recherche revisitée
Les étudiants ont-il la possibilité de poser des questions essentielles amenant à des résultats différents des formats traditionnels ?

Pragmatisme à l’oeuvre
Les étudiants ont-il la possibilité d’inscrire leur pratique dans le réel ?

Caractère extradisciplinaire
Les étudiants ont-il accès à des disciplines non artistiques ?

Ecole horizontale
L’étudiant a-t-il la possibilité d’agir sur le programme et des intervenants ?

L’école liquide
L’école peut-elle se dispenser des ateliers ?

Interdépendance théorie et pratique
Quelle est la nature de la coéxistance de l’approche théorique et pratique ?

Evaluation sans notation
Les critères d’évaluation peuvent-ils comprendre la singularité, la prise de risque, la méthode de travail, la perspective des enjeux, l’autoévaluation, la capacité à travailler avec les autres.

Le principe d’acceptation
L’école est-elle inclusive ?

Inscription sans conditions
L’école accepte-t-elle une admission sans prérequis ?

Contact

Email : secr-pr@biennaledeparis.org

À propos de l'auteur

Haut